Accueil » Hautefort, un château de la Loire dans le Périgord vert

Hautefort, un château de la Loire dans le Périgord vert

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest
hautefort
Le château d’Hautefort

Le titre de cet article est peut-être un peu excessif, mais il traduit bien la première impression que l’on a en découvrant le château d’Hautefort.

Hautefort constitue  un site remarquable du Périgord vert qui inscrit la majesté de son architecture dans un environnement naturel exceptionnel. C’est un  lieu chargé d’histoire, préservé et restauré par ses différents propriétaires depuis plus d’un millénaire. A travers les vicissitudes de son histoire, il est le fruit de l’engagement sans faille d’une famille.

Le château est positionné sur une haute terrasse est bordée par des glacis abrupts qui domine le village.

Voir l’album photo

Hautefort, une longue histoire mouvementée

hautefort
Les remparts et la porte à pont-levis

La 1ère construction fortifiée sur le site a été érigée au XIè siècle. Il Les fortifications du château fort initial seront remaniées au XVè siècle. Il en reste comme vestiges les deux tours rondes et la porte d’entrée à pont levis qui porte la date des sa construction (1588). Au XVIè siècle un imposant logis est construit pour abriter le nouveau comté, mais c’est au XVIIè siècle que le château est profondément remanié par François d’Hautefort.

Après la révolution, le château est transformé en prison par les révolutionnaires. A la fin du XIXè siècle, le château est vendu à des marchands de biens qui le dépècent et l’abandonnent quand il n’y a plus rien à vendre.

En 1929, le baron de Bastard achète et fait restaurer ce qui n’était plus qu’une ruine. La bâtisse sera classée monument historique en 1958. Le 30 août 1968, un incendie  détruisit presque entièrement le château, mais il sera restauré par la marquise de Bastard, puis par son neveu, Michel David-Weill. Le château qui se visite aujourd’hui est donc le fruit d’une restauration particulièrement réussie.

Hautefort, un château résidentiel dans un écrin de jardins à l’anglaise

hautefort
La hôte d’une des cheminées

La visite commence par la porte massive dont le  pont-levis qui enjambe une douve sèche. Les bâtiments sont distribués sur les 3 côtés d’une cour d’honneur, le 4ème côté étant ouvert sur les jardins et le village.

Au fond de la cour, une galerie d’honneur amène à un bel escalier qui conduit dans les appartements, constitués de différentes pièces : vestibules, chambres, cabinet de travail, salle de réception et salons. Toutes les pièces sont magnifiquement meublées et décorées de tableaux, tapisseries et sculptures diverses. On a du mal à appréhender que tout ici est récent, puisque réhabilité après l’incendie de 1968. Les magnifiques cheminées par exemple on été sculptées par François Calderon, un artiste bordelais qui les a reproduites à l’identique au prix de 5000h de travail pour chacune d’entre elles. Chacune pèse 4 tonnes et a nécessité 8m3 de bois de noyer.

Jardins à la française et vue sur le village

Les jardins à la française qui entourent le château sont essentiellement composés de buis, de thuyas et d’if taillés avec une précision diabolique.

10000 pieds de buis sont utilisés sur une surface de 3 ha.Les formes très sophistiquées des plantations sont autant de sculptures et de dentelles végétales caractéristiques de l’art topiaire. Les jardins ont été classés monument historique en 1967.

Enfin un parc à l’anglaise de 30 ha complète le site, un cèdre du Liban âgé de quelques 250 ans en étant la pièce maîtresse. Les allées du parc offre de belles vues sur le château.

Le Château de Hautefort prend soin de son environnement et limite l’empreinte carbone de son entretien. Il gère soigneusement l’eau et l’énergie et n’utilise que des traitements biologiques. Cette gestion responsable lui a valu le premier Ecolabel décerné à un site culturel.

Voir toutes les photos

Site officiel

Découvrir  d’autres châteaux du Périgord : Biron, Bourdeilles, Castelneau, Jumilhac, Milandes, Montréal, Maison forte de Reignac