Accueil » Pratique photo : photo aérienne à partir d’un ULM

Pratique photo : photo aérienne à partir d’un ULM

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest
photo aérienne
Usine hydroélectrique de Tuillère

J’ai déjà eu l’occasion de publier sur ce site des photos aériennes prises depuis une montgolfière (voir l’article). Cet article dévoile quelques photos prises lors d’un vol d’initiation en ULM.

Côté confort de prise de vue, les différences entre les deux approches de la photo aérienne sont significatives :

  • le confort: dans un ULM, la place est comptée et il ne faut pas trop envisager de trimballer un 400mm. Mon zoom 70-200 était déjà un peu gros pour la place disponible
  • la vitre : en montgolfière, on photographie à l’air libre, en ULM, on a une vitre en plexiglas, et il est quasiment impossible de se mettre perpendiculaire à celle-ci faute de place. Heureusement, le plexiglas crée moins de reflets que le verre, mais il est aussi moins transparent
  • la stabilité : outre les problèmes que posent les turbulences sur l’estomac du photographe, la stabilité en ULM est particulièrement précaire et il faut adapter les paramètres de prise de vue en conséquence.

Par contre, en ULM, avec un pilote coopératif et compréhensif comme l’a été le mien lors de ce vol, il est possible de tourner autour du sujet et de le voir sous différents angles et lumières.

Voir toutes les photos

La photo aérien en ULM : les paramètres de prise de vue

photo aérienne
Château de Biron

Ils sont relativement simples : le paramètre primordial est la vitesse de prise de vue : a minima le 1000ème de seconde pour éviter les problèmes de flou de bouger. L’ouverture doit être maximale pour autoriser une vitesse élevée sans trop monter dans les ISO. Et il ne faut pas oublier de mettre en œuvre la stabilisation du capteur  et/ou de l’objectif s’ils en son équipés.

Côté focale, j’ai utilisé le 55-200 de Fuji sur un XT4, qui s’est révélé permettre une gamme de focale adaptée, pour à la fois prendre les objets intéressants (châteaux, bastides,…) en plan large dans leur environnement et en gros plan.

La photo aérienne en UML : un traitement numérique des photos nécessairement adapté

photo aériene
Issigeac

La photo à travers une vitre en plexiglas, souvent de biais compte tenu du manque de place, donne des photos manquant de contraste et de résolution. Le traitement doit permettre de pallier ces inconvénients.

J’ai traité mes images RAW avec Dartable. Le module «Suppression de la brume» s’est révélé efficace pour redonner  du contraste aux images en atténuant le voile créé par le plexiglas. Le module «Contraste local» à 125% a permis d’augmenter la netteté. Lorsque celle-ci était encore insuffisante, elle a été améliorée en utilisant un filtre passe haut en mode de fusion «lumière douce» avec la netteté et le contraste fixés chacun d’eux à 25%. Enfin un passage Velvia à 25% a redonné un peu de chaleur aux images.

Cette 2ème découverte de la photo aérienne a été riche d’enseignements sur le plan technique et accessoirement a permis de constater que le mal de mer ne se produit pas qu’en bateau…

Voir toutes les photos