Accueil » La grotte de Maxange

La grotte de Maxange

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest
grotte de maxange
Concrétions au début de la visite

La photographie dans les grotte est particulièrement complexe…surtout quand le flash est interdit comme c’ést le cas dans la grotte de Maxange, au Buisson-de-Cadouin en Dordogne.  La lumière des flashs favorise en effet le développement d’algues vertes sur les parois

(Voir l’album photo)

Découverte en 2000 dans une carrière et ouverte au public en 2003, la grotte de Maxange est une cavité au développement limité (environ 200m exploités), mais qui a la particularité d’avoir une partie des parois couvertes de concrétions particulières appelées «excentriques».

(Cliquer sur les photos de cet article pour les agrandir)

Grotte de Maxange, la grotte des étoiles

grotte de Maxange
Excentriques de calcite

Ce surnom est dû aux excentriques, concrétions de calcite blanche qui ont la particularité de se développer dans toutes les directions. L’éclairage bien pensé de la grotte met en valeur ce concrétionnement unique et en souligne les moindre reflets pour obtenir un effet de ciel étoilé dans les plafonds des galeries.

La porosité particulière de la roche et un débit d’eau faible mais constant amènerait à ce type de dépôt de calcite. L’eau imbibe toutes les porosités de la parois en les parcourant par capillarité dans tous les sens sans tomber au sol et dépose ainsi le calcaire suivant des formes très diverses.

La photographie dans les grottes, un exercice difficile

grotte de Maxange
Vue de la galerie principale

L’éclairage de la grotte de Maxange s’allume progressivement en fonction de l’avancée de la visite et s’éteint derrière le dernier visiteur. De plus, il est pensé pour mettre en valeur les différentes concrétions, et est donc la plupart du temps très dirigé vers les plafonds des galeries. Autant dire qu’il est alors difficile, sans flash, de prendre des photos d’ensemble des galeries. L’usage d’un pied photo permettrait de meilleures conditions de prise de vue en permettant de diminuer la vitesse de prise de vue et donc la montée en ISO, mais elle est exclue dans le cadre d’une visite collective. Les excentriques sont en général inaccessibles, et l’usage du zoom et nécessaire pour faire des gros plans, ce qui dégrade encore les conditions de prise de vue. Enfin, les automatismes de  l’appareil photo ont un peu de mal à régler la balance des blancs à la bonne température de couleur.

Ces conditions dégradées de prise de vue ont amené l’appareil photo, un Fuji XT4 équipé d’un zoom 16-80 F4-5.6, à monter  rapidement dans les ISOs et la plupart des photos de l’album ont été prises entre 3200 ISOs pour les parties les mieux éclairées et 12800 ISOs pour les ambiances les plus obscures. Inutile de dire que le bruit de luminance est très présent dans les images et la dynamique du capteur quelque peu affaiblie.

Le bruit a été traité dans Caméra Raw, mais le traitement a été maîtrisé pour ne pas perdre trop de détail dans les concrétions. La balance des blancs a été également corrigée dans Caméra Raw. La dynamique a été en partie restaurée par un traitement tons foncés/tons clairs dans Photoshop. Au final, le XT4 ne s’en sort quand même pas si mal, même à 12800 ISOs et le résultat est acceptable vu sur un écran d’ordinateur.

Voir toutes les photos

Voir d’autres photos de grotte : la grotte de Bétharram

Site officiel de la grotte de Maxange

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *