Accueil » Escargots- Bilan final de la saison 2

Escargots- Bilan final de la saison 2

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest

La saison escargots est terminée… enfin, presque !

Voir aussi l’historique de la production depuis le début de la saison

Jeunes escargots nés dans les parcs
Photo 1- Jeunes escargots nés dans les parcs
Jeunes escargots
Photo 2- Escargots de l’été déjà bien développés

Ces fichus escargots ont été stimulés par la météo et se sont reproduits à qui mieux mieux. Malgré le retrait hebdomadaire des escargots devenus adultes, nombreux sont ceux qui ont réussi à s’accoupler et à pondre, et les parcs se sont repeuplés à la vitesse grand V (photo 1). Et certains de ces premiers envahisseurs  sont déjà gros comme l’ongle du pouce, soit environ un poids de 1g (photo 2). Avec un peu de chance si la météo est favorable, ceux-ci pourraient arriver au stade adulte avant l’hiver.

A part cet événement, la production 2017 est effectivement terminée et se solde par les chiffres suivants (graphique 1):

  • production : 87,4 kg
  • nombre total d’escargots produits : 10200
  • production de caviar d’escargots : 300g

 

Des résultats zootechniques corrects

Les résultats de l’élevage sont tout à fait corrects et meilleurs que ceux de la saison 1.

Croissance

Production d'escargots 2017
Graphique 1- évolution de la production d’escargots au cours de la saison

Tous les escargots ont atteint la taille adulte en 6 mois à partir des premières éclosions (258 jours du réveil des reproducteurs à la sortie du dernier escargot adulte). Toutefois, le poids moyen est passé de 10g en moyenne pour les premiers escargots sortis en juin à 5 g pour les derniers début septembre. Le maintien en activité (via les arrosages) des escargots en période de forte chaleur les amène plus rapidement à maturité avant qu’ils n’aient terminé leur développement. Ce phénomène est connu des héliciculteurs. Et forcément sur une population de reproducteurs assez hétérogène au départ, tous les individus n’ont pas le même potentiel de croissance.

Taux de réussite

Environ 14500 juvéniles ont été produits à partir de 182 pontes (environ 77 juvéniles par ponte). 12000 ont été sortis en parcs extérieurs, soit un taux de survie de la phase juvénile de 82%. Compte tenu du mode d’incubation des œufs (dans le substrat de ponte) le nombre d’œufs initial n’est pas connu. Le taux de survie de la phase de grossissement se situe lui à 85% et le taux de survie sur toute la phase d’élevage à 72% (66% en 2016).

Transformation alimentaire

125 kg d’aliment ont été utilisés (100kg d’aliment pondeuse, 20 kg de carbonate de calcium et 5 l d’huile de tournesol). Le coefficient de transformation alimentaire se situe donc à 1,43kg d’aliment par kg d’escargots produit. Ce résultat est tout à fait convenable. Il amène le coût de l’alimentation à 1,85€/kg d’escargots produit (prix de revient de l’aliment : 1,3€/kg).

Bilan économique

cout production escargots
Graphique 2- Répartition des coûts de production (%)

Même s’il s’agit d’un élevage amateur, et non d’une activité économique, il n’est pas inutile de chiffrer le coût de ce hobby.

Le prix de revient des escargots, tous postes confondus, hors bien sûr le coût du travail, se situe à 10,20€ par kg ou 8,75€ par 100 escargots. le graphique 2 montre la décomposition de ce coût. L’énergie est le poste le plus élevé. Si la partie de l’énergie consacrée à l’arrosage et à l’éclairage est négligeable, la part du chauffage pendant la phase d’écloserie est conséquente. Cette phase se faisant à contre saison, elle a un coût énergétique élevé (maintien de la température à 20°C pendant 16h de « jour » et à 17°C pendant les 8 heures de « nuit »).

L’écloserie étant mitoyenne d’une serre, un dispositif sera mis en place la saison prochaine pour utiliser les calories produites par la serre pour tenter de diminuer le coût énergétique (injection de l’air de la serre pilotée par un thermostat).

Les équipements ont consisté dans le réaménagement de l’écloserie et l’aménagement de nouveaux parc extérieurs. 

Temps passé

De la même manière, il n’est pas inutile de chiffrer le temps passé. Hors aménagements, le temps passé est d’environ 310h (soit en moyenne 1h20 par jour) sur toute la période d’élevage (258 jours). Il se décompose de la manière suivante :

Phase écloserie : 227h

  • Nourrissage, pose et retrait des pots de ponte : 1h/jour
  • Nettoyage 1/2 h par semaine pour les reproducteurs puis 2h/semaine en phase d’élevage des juvéniles
  • Contrôles de croissance, comptages, récupération des juvéniles à l’éclosion, sorties : 3h/semaine à partir du début des éclosions

Phase grossissement : 82h

  • Nourrissage : 2h/semaine
  • Tri des adultes : 3h par semaine à partir de début juin

Production de caviar

Une petit production de « caviar » d’escargot a été tentée en fin de période de reproduction. 300 g d’œufs ont été obtenus à partir d’une centaine de pontes. Plusieurs recettes ont été expérimentées et le résultat testé par un panel de dégustateurs expérimentés (!) . Une recette (secrète) a été finalement retenue. Elle donne un produit très apprécié et qui semble très bien se conserver (au moins 2 mois).

Parallèlement, un moyen de récupérer facilement les pontes a été testé avec succès. Compte tenu de ces éléments favorables, cette production sera développée la saison prochaine (400 reproducteurs ont été réservés à cet effet, soit un potentiel de production dépassant le kg).

Utilisation des escargots produits

Compte tenu de la courte saison de production, tous les escargots n’ont pas encore été consommés. Une partie a été mise en conserve au naturel, une autre partie congelée, 1800 ont été vendus et une partie consommée en famille et entre amis. A cette fin, plusieurs nouvelles recettes ont été expérimentées, en entrée ou en plat principal. Toutes ont été appréciées :

Conclusion

La 2ème saison de production  confirme la faisabilité technique d’un élevage amateur d’escargots petits gris. Si l’investissement de départ est peu élevé sous réserve qu’on soit un peu bricoleur, le coût de l’élevage est loin d’être négligeable, du moins dans le cadre d’un choix technique visant à produire la totalité des escargots dans l’année, donc avec une phase de reproduction à contre saison. Un autre choix consisterait à assurer la reproduction dans des conditions naturelles à partir de la fin du printemps, mais elle suppose un hivernage contraignant en chambre froide    des escargots qui ne seraient pas devenus adultes avant l’hiver et des installations d’élevage extérieures plus étendues (maintien de 2 générations simultanées). La production de caviar d’escargot peut être conduite en parallèle de l’élevage en période hivernale et elle est de nature à renforcer un peu plus l’intérêt de cette activité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *