Accueil » Chayottes, la production a été effectivement abondante

Chayottes, la production a été effectivement abondante

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest

Dans un article précédent, je faisais état d’une future récolte de chayottes probablement importante. Et effectivement elle l’a été.

180 chayottes pour un peu plus de 100kg

Image 1- Des cageots bien pleins !

La photo ci-jointe (image 1) ne montre que les 3/4 de la récolte, une première partie ayant été réalisée au fil de l’eau depuis le début de la maturité.

La quasi totalité des chayottes arrivées à maturité ont été ramassées avant que les risques de gelée ne deviennent trop prégnants. De toute façon, il était temps de les ramasser car certaines avaient déjà commencé à germer. Une chayotte de la récolte avait déjà un germe de 50cm de long.

Image 2- Distribution du poids des chayottes

La germination précoce est la principale difficulté de la culture de la chayotte. Ramassées trop tôt elle sont pleines d’eau, et trop tard elles germent sur pied. Et si elles germent, elle ne se conservent pas, tout au moins pour la consommation, car on peut les garder jusqu’au moment de la plantation, elles vont juste se dessécher.

Le poids moyen évalué sur 30 chayottes s’est situé à 575 g (image 2). La plus grosse pèse 880g (record de 2013:  971g).

 

Une contribution involontaire de mon voisin Emile à la production

chayottes
Image 3- Chayottes en cours de colonisation des arbres du voisin

2 de mes 3 pieds de chayotte sont plantés en limite de propriété et ont colonisé le pêcher, puis le prunier du voisin (Image 3). Une grosse partie de la récolte s’est donc faite chez lui. En effet, les fleurs se développent surtout sur les tiges les plus aériennes, et les chayottes ont trouvé dans les arbres d’Émile des conditions optimales de floraison et de développement des fruits.

Une production à écouler

Cette production excessive est due à une erreur de culture. J’ai planté l’année dernière un 3e pied à un endroit du potager mieux adapté, en espérant que les 2 autres, âgés de 8 ans, allaient passer l’arme à gauche l’hiver dernier. Que nenni, malgré l’absence de protection, une période de gel au cours de laquelle la température est descendu à -7°C et sans aucun arrosage cet été, ces lascars ont résisté !

Donc si vous voulez des chayottes, n’hésitez pas à en demander en laissant un commentaire sur cet article avec vos coordonnées (les commentaires ne seront pas affichés, confidentialité garantie, pas d’envoi par la poste, à prendre sur place !). J’ai eu le même problème en 2013 (voir l’article) avec 150 chayottes,  et je l’ai ai en grande partie écoulées auprès de mes collègues de l’époque, qui, hélas, sont loin aujourd’hui.

Ces 100kg de chayottes s’ajoutent à 250 kg de tomates, une vingtaine de courges spaghetti, presque autant de courges de Nice, sans compter les kilos de courgettes, aubergines, poivrons, patates douces  et autres légumes. L’année  a vraiment été exceptionnelle au potager ! Mais cela ne réjouit pas forcément ma femme …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *