Accueil » Histoire

Catégorie : Histoire

Duras, un château et du chocolat

Duras est un village du Lot-et-Garonne à la limite administrative du département de la Dordogne. Il est construit sur un éperon rocheux qui facilitait la défense du village et de son château, notamment pendant la guerre de 100 ans.Ce village abrite deux bijoux du patrimoine, architectural (château) et culinaire (chocolaterie).

Duras – Une chocolaterie artisanale traditionnelle

chocolaterie Duras
Echantillon de la production de la chocolaterie

La maison Guinguet travaille le pruneau depuis trois générations. Après avoir démarré la production de pruneaux enrobés de chocolat, elle a diversifié sa production de gourmandises en chocolat.

Si elle achète son chocolat pur beurre de cacao en Belgique, elle produit elle même son praliné à partir de noisettes produites dans les vergers de noisetiers implantés autour de l’usine.

Les différents ateliers produisent une multitude de saveurs, de textures surprenantes, de formes originales pour satisfaire tous les gourmands.

Les visites de la chocolaterie sont possibles sur rendez-vous, et il est possible de découvrir tous les produits dans le magasin attenant à l’usine.

Voir les photos

Voir le site de la chocolaterie

Plus …

La Crète, une ile grecque à découvrir

Les albums photos accessibles à partir de ce post regroupent les souvenirs d’un voyage effectué en Crète en octobre 2017. Il s ne sont pas censés donner une description exhaustive de ce pays, car la Crète ne se découvre pas en une semaine.  Mais ils donneront une image la plus fidèle possible de que cette ile peut offrir de meilleur au visiteur qui sait la découvrir.

CrèteLa Crète est la plus grande et la plus peuplée des îles grecques.  Le chef lieu de la région est Héraklion . La région compte environ  630 000 habitants.

La Crète représente une part importante de l’économie et du patrimoine culturel de la Grèce, tout en conservant ses propres caractéristiques culturelles locales, notamment celles résultant des influences vénitiennes et ottomanes. C’est pourquoi d’ailleurs ont évoque souvent « l’ambiance crétoise » des villes et des villages, un certain art de vivre. L’ile était autrefois le centre de la civilisation minoenne ( environ 2700-1420 av. JC ), qui est la première civilisation connue en Europe .

Plus …

Aubeterre-sur-Dronne, un patrimoine exceptionnel

Au Sud de la Charente, à la frontière du Périgord, Aubeterre-sur-Dronne est construit sur une colline dont  un méandre de la Dronne fait quasiment le tour. Ancienne place forte, le village est aujourd’hui labellisé «  Plus Beaux Villages de France » et « Petite cité de caractère« . Son patrimoine le plus remarquable est son église monolithique, mais le village offre à la vue du visiteur bien d’autres richesses (Voir l’album).

L’église monolithique

aubeterre sur Dronne eglise monolithe
L’église monolithe

L’église monolithe (église Saint-Jean) est une église creusée entre le VIIIème et le  XIIème siècle à l’intérieur de la falaise qui supporte le château médiéval. Le creusement s’est effectué par le haut à partir d’une cavité naturelle agrandie en une galerie impressionnante qui borde la voute de l’église sur 3 côtés. Cette galerie permettait au seigneur d’assister aux offices en accédant directement depuis le château. Elle servait également à capter les eaux de ruissellement.

Ses dimensions sont impressionnantes (15 m de haut, 27 m dans sa plus grande longueur) et sa nécropole est creusée de centaines de tombes. Au centre de l’abside trône un reliquaire de style roman, taillé lui-aussi en un seul bloc dans le massif calcaire originel.

En 1794, le rôle religieux de cette église est abandonné au profit de l’église St Jacques reconstruite en 1710 après avoir été détruite pendant les guerres de religion.

Plus …

Cadouin et Saint-Avit-Senieur, deux trésors de l’art religieux en Périgord

Deux albums photos sur deux sites remarquables du Périgord : l’abbaye de Cadouin (voir) et l’église de Saint-Avit-Sénieur (voir)

L’abbaye de Cadouin

Le village de Cadouin héberge une magnifique abbaye cistercienne classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, une église romane et un cloître gothique flamboyant (voir l’album).

Cadouin, le village

halle de Cadouin
la halle du XVéme siècle

Cadouin est un petit village du Périgord (350 habitants) situé à quelques kilomètres du Buisson de Cadouin au cœur du pays des bastides et cités médiévales.  Outre l’église et l’abbaye décrites plus loin, le village possède au cœur de sa place centrale une magnifique halle du XVème siècle classée aux monuments historiques. Cette halle a été mise en valeur à partir de 1990 grâce au réaménagement de cette place par la commune. Sa charpente est impressionnante. La place centrale est bordée de quelques belles maisons qui font face à l’abbaye.

Plus …

Un joyau de l’art roman : le prieuré de Serrabone

Une visite en image du prieuré de Serrabone situé sur la commune de Boule-d’Amont dans les Pyrénées Orientales (voir l’album)

Le prieuré de Serrabone , une histoire mouvementée

Prieure de Serrabone vue d'ensemble
Vue d’ensemble du prieuré

Le prieuré de Serrabone (son nom complet est « prieuré Sainte-Marie de Serrabone« ) est un ensemble architectural situé dans le massif des Aspres sur les contreforts du Canigou.

Créé  à la fin du XIème siècle, profondément modifié au XIIème  et abandonné au début du XVIIème, ce prieuré nous est parvenu en ruine après bien des vicissitudes et ce n’est que dans le 1er quart du XXème siècle que sa restauration a été engagée.

Le village de Serrabone qui s’était construit autour du prieuré avait été démoli en 1822 et la commune administrativement supprimée.

Le site appartient au Conseil général des Pyrénées Orientales depuis 1968.

Plus …

Un exercice photo numérique : la reconstitution de l’ancien pont de Bergerac

Les ponts de Bergerac, une histoire mouvementée

On peut voir à Bergerac, près de la place Barbacane dans le quartier de la Madeleine, en rive gauche de la Dordogne,  les ruines de la pile de ancien pont de Bergerac. Ce pont a été inauguré en 1513. Auparavant, un autre pont avait été construit en 1209. Maintes fois ruiné par les crues de la Dordogne et reconstruit par les habitants, il a été définitivement emporté par une crue en 1444.

Le pont dont il reste la pile en rive gauche rejoignait l’actuelle rue dite « de l’ancien pont » sur la rive droite. Il reposait en fait sur 11 piles et ses tabliers étaient en bois . Il a d’ailleurs brûlé en 1567 et n’a été restauré qu’en 1579. Endommagé par une crue en 1615, il est entièrement détruit par une nouvelle crue en 1783. Ce n’est qu’en 1825 que sera mis en service l’actuel « vieux pont ». Entre temps, la traversée de la Dordogne s’effectuait en bac (En savoir plus).

Plus …