Un nouveau tutoriel de photo numérique

Depuis quelques semaines, j’anime un atelier « Pratique de la photo numérique » au sein de l’Université du Temps Libre (UTL) de Bergerac. Cet atelier est destiné aux membres de l’UTL photographes débutants. Afin de les aider dans leur apprentissage, je rédige des supports qui sont regroupés dans la rubrique « Pratique photo » de ce blog. Ces supports peuvent être utilement utilisés par d’autres photographes amateurs débutants.

Une couverture complète des préoccupations tournant autour de la photo numérique

image pratique photo numériqueCe support sur la pratique de la photo s’articule autour de 5 thèmes (voir le programme complet de l’atelier):

  1. Connaître son appareil photo numérique (APN)
  2. La prise de vue
  3. Le classement et l’archivage des photos
  4. Le traitement numérique des photos
  5. La mise en valeur des photos

L’état d’avancement des tutoriels  est variable suivant les thèmes. A cette date, ils concernent de manière plus ou moins avancée les thèmes 1, 2,  4 et 5. Les tutoriels  sont rédigés au fur et à mesure de l’avancement des ateliers.

Une application de traitement numérique support : The Gimp

photo numérique logo GIMPL’application retenue pour les ateliers de traitement numérique des photos est le logiciel Open Source The Gimp (version 2.8.22).

Bien qu’apparemment complexe, cette application est assez facile à maîtriser pour les fonctions utiles à un débutant (voir par exemple le traitement numérique de base avec GIMP), et ses fonctionnalités sont suffisamment complètes pour aller assez loin dans le traitement numérique des photos ( voir cet exemple de traitement avancé).

Les versions les plus récentes de cette application comportent un mode « Fenêtre unique » qui en rend l’interface utilisateur tout à fait classique, le mode « Fenêtre flottantes », toujours présent, pouvant au contraire désarçonner un débutant.

Des tutoriels pensés et rédigés pour tenir compte de l’hétérogénéité du groupe

relations entre les réglages d'un APN et conséquences sur la qualité des photos
Exemple d’approche conceptuelle de la qualité d’une image

Il existe de nombreux tutoriels sur la photo numérique sur internet. Mais j’ai fait le choix d’en rédiger de nouveaux pour mieux les adapter aux membres de l’UTL, qui sont d’origines diverses et dont le niveau de maîtrise des concepts mis en jeu, notamment informatiques, est très variable.

Il n’empêche que je n’ai pas fait l’impasse sur des notions techniques qui doivent être comprises si ce n’est maîtrisées, comme, par exemple, toutes celles qui concernent le capteur. En effet,  contrairement à ce que laissent penser les publicités, il n’est pas si facile de faire de bonnes photos avec un compact équipé d’un capteur qui annonce 20 millions de pixels sur une surface égale à celle de l’ongle du petit doigt ! Il est donc indispensable de connaître l’incidence de la taille des photosites sur la sensibilité du capteur, par exemple, pour comprendre pourquoi les photos prises à 1600ISO sont toutes bruitées.

Cadouin et Saint-Avit-Senieur, deux trésors de l’art religieux en Périgord

Deux albums photos sur deux sites remarquables du Périgord : l’abbaye de Cadouin (voir) et l’église de Saint-Avit-Sénieur (voir)

L’abbaye de Cadouin

Le village de Cadouin héberge une magnifique abbaye cistercienne classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, une église romane et un cloître gothique flamboyant (voir l’album).

Cadouin, le village

halle de Cadouin
la halle du XVéme siècle

Cadouin est un petit village du Périgord (350 habitants) situé à quelques kilomètres du Buisson de Cadouin au cœur du pays des bastides et cités médiévales.  Outre l’église et l’abbaye décrites plus loin, le village possède au cœur de sa place centrale une magnifique halle du XVème siècle classée aux monuments historiques. Cette halle a été mise en valeur à partir de 1990 grâce au réaménagement de cette place par la commune. Sa charpente est impressionnante. La place centrale est bordée de quelques belles maisons qui font face à l’abbaye.

Plus …

Limeuil, un beau village périgourdin au confluent de la Vézère et de la Dordogne

Une visite en images de Limeuil,  village labellisé « Un des plus beaux villages de France » en 1990 (voir l’album)

Limeuil, un village médiéval

grande rue de limeuil perigord
Grande rue

Situé au confluent entre la Vézère et la Dordogne, qui constitue un site naturel exceptionnel, Limeuil étale ses maisons de pierre et ses toits de tuiles en terre cuite sur la butte rocheuse qui borde la Vézère sur sa rive droite. Ancien village fortifié, il a gardé quelques vestiges de remparts, trois portes et des ruines de tours.

La « grande rue », rue principale du village qui s’ouvre à partir d’une des portes des anciennes fortifications, est bordée de très belles maisons anciennes et de jardins en terrasse avant d’atteindre le haut du village et ses jardins panoramiques. Quelques maisons bourgeoises constituent un patrimoine architectural remarquable.

Tout en haut du village, trône l’église Sainte-Catherine et son clocher massif.

Le nom « Limeuil » signifie « clairière plantée d’ormes ». Le village a été un centre important de la batellerie jusqu’à la fin du  XIXème siècle (en savoir plus). Cette activité a disparu et le village vit désormais essentiellement de l’agriculture et du tourisme. Une brasserie produisant une bière parfumée aux noix (la Lutine) est implantée sur la commune. Plus …

Collioure, entre mer et montagne

Découvrez en images Collioure, cette magnifique petite ville blottie au fond de sa baie contre le Pyrénées (voir l’album).

Collioure, un site et un patrimoine

Baie de Collioure pyrénées orientals
Baie de Collioure

Collioure est une commune de 3000 habitants située sur la Côte Vermeille au sud de Perpignan. La ville est implantée au fond d’une magnifique baie, entourée par les premiers contreforts des Pyrénées orientales. Ses rues étroites qui ne permettent pas la circulation automobile lui confèrent une ambiance des plus agréables. Ses plages, bien qu’étant recouvertes de galets, sont très recherchées en période estivale.

La ville a connu une histoire mouvementée, alternativement possession de la couronne française ou de la couronne espagnole. Collioure sera officiellement annexée au royaume de France en 1659 sous Louis XIV. C’est Vauban qui fortifia la ville. Ces fortifications n’empêchèrent pas la reprise de la ville par les espagnols en 1793, qui fut libérée à nouveau l’année suivante au prix de violent combats. La ville se développe au XIXème siècle grâce à la pêche de l’anchois et la viticulture, mais cet essor est endigué par le développement de Port-Vendres qui a l’avantage de posséder un port en eaux profondes. Collioure perdra 1000 habitants en une cinquantaine d’années au début du XXème siècle.

Il subsiste de ce passé agité un patrimoine militaire important : Fort St Elmes, Fort Miradou, Château Royal, Fort Rond, Fort carré …

Plus …

Un joyau de l’art roman : le prieuré de Serrabone

Une visite en image du prieuré de Serrabone situé sur la commune de Boule-d’Amont dans les Pyrénées Orientales (voir l’album)

Le prieuré de Serrabone , une histoire mouvementée

Prieure de Serrabone vue d'ensemble
Vue d’ensemble du prieuré

Le prieuré de Serrabone (son nom complet est « prieuré Sainte-Marie de Serrabone« ) est un ensemble architectural situé dans le massif des Aspres sur les contreforts du Canigou.

Créé  à la fin du XIème siècle, profondément modifié au XIIème  et abandonné au début du XVIIème, ce prieuré nous est parvenu en ruine après bien des vicissitudes et ce n’est que dans le 1er quart du XXème siècle que sa restauration a été engagée.

Le village de Serrabone qui s’était construit autour du prieuré avait été démoli en 1822 et la commune administrativement supprimée.

Le site appartient au Conseil général des Pyrénées Orientales depuis 1968.

Plus …

Un exercice photo numérique : la reconstitution de l’ancien pont de Bergerac

Les ponts de Bergerac, une histoire mouvementée

On peut voir à Bergerac, près de la place Barbacane dans le quartier de la Madeleine, en rive gauche de la Dordogne,  les ruines de la pile de ancien pont de Bergerac. Ce pont a été inauguré en 1513. Auparavant, un autre pont avait été construit en 1209. Maintes fois ruiné par les crues de la Dordogne et reconstruit par les habitants, il a été définitivement emporté par une crue en 1444.

Le pont dont il reste la pile en rive gauche rejoignait l’actuelle rue dite « de l’ancien pont » sur la rive droite. Il reposait en fait sur 11 piles et ses tabliers étaient en bois . Il a d’ailleurs brûlé en 1567 et n’a été restauré qu’en 1579. Endommagé par une crue en 1615, il est entièrement détruit par une nouvelle crue en 1783. Ce n’est qu’en 1825 que sera mis en service l’actuel « vieux pont ». Entre temps, la traversée de la Dordogne s’effectuait en bac (En savoir plus).

Plus …

Balades naturalistes : le site des Orgues d’Ille-sur-Têt

Un nouvel album de photos d’un site naturel insolite, les Orgues d’Ille-sur-Têt,  localisé dans les Pyrénées orientales (voir d’autres balades naturalistes).

Les Orgues d’Ille-sur-Têt, le résultat de l’érosion

orgues d'Ille-sur-Têt
Orgues (au fond) et demoiselle coiffée au 1er plan

Le site des Orgues d’Ille-sur-Têt est un site géologique qui résulte de l’érosion de roches sédimentaires vieilles de quelques millions d’année accumulées dans la plaine du Roussillon. L’érosion a entrainé les sédiments et laissé sur place des formes géologiques particulières :

  • des orgues : ce sont des falaises dont les parties tendres ont été enlevées par l’érosion. il ne subsiste que des colonnes semblant collées les unes aux autres, d’où le nom d’orgues attribué à ces falaises
  • des demoiselles coiffées, ou cheminées de fées : ce sont des colonnes de pierre isolées qui portent à leur sommet une « coiffe » constituée de roches dures ou d’agglomérats de galets qui ont protégé la roche sous-jacente de l’érosion. Leur diamètre diminue au fil du temps.

La végétation du site est essentiellement méditerranéenne résistantes à la sècheresse estivale : chênes verts, chênes pubescents, arbousiers, cistes, romarin, thym… Plus …

Châteauneuf du Pape, un village, un vignoble

Un nouvel album photo consacré au joli village de Châteauneuf du Pape et à son vignoble

Châteauneuf du Pape, un bien joli village

Châteauneuf du Pape vu de la rive droite du Rhône
Châteauneuf du Pape vu de la rive droite du Rhône

Le village de Châteauneuf du Pape est perché sur une colline en bordure de la rive gauche du Rhône, et dominé par les ruines de son château, il se découvre de loin, entouré de ses vignobles. Initialement, le village s’appelait Châteauneuf- Calcernier, nom qui était dû à la chaux exploité sur sa colline calcaire. Le terme « calcernier » signifie « chaux tamisée ».

Plus …

Cadaqués, un village préservé de la Costa Brava espagnole

Cadaqués, une ville côtière du Cap Creus

Cadaques Espagne Costa Brava
Cadaques

Cadaquès (voir le site de la ville) s’étend sur une bonne partie de la côte est du Cap Creus. Isolée jusqu’à la fin du XIXème siècle, et toujours assez difficile d’accès, la ville a su résister à la frénésie immobilière de l’Espagne de la 2ème partie du siècle précédent. Elle a grandement été aidée en cela par Salvador Dali qui l’a toujours défendue contre les promoteurs immobiliers. Grâce à cette situation particulière, Cadaqués a conservé un charme intact qui en fait la plus belle ville de la Costa Brava (voir l’album photos).

Plus …

Une nuit à l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre

Un cadeau d’anniversaire sympa : une soirée et une nuit à l’observatoire du Pic du Midi  de Bigorre (voir l’album photo).

Pic du Midi de Bigorre : un observatoire initialement destiné à l’observation astronomique partiellement réaménagé en site d’accueil touristique

Observatoire du Pic du Midi de Bigorre
Vue d’ensemble à l’arrivée du téléphérique

En 1994, l’état se désengage de la gestion de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre qui est alors repris par la région Midi-Pyrénées. Elle crée un syndicat mixte pour la réhabilitation du site: réfection de l’installation électrique et aménagements pour l’accueil du public. Un nouveau téléphérique mieux adapté à l’accès du public est installé, et le nouveau site rénové est ouvert au public en 2000.

Il comprend notamment une nouvelle zone restauration-hôtellerie permettant d’accueillir environ une trentaine de personnes pour la nuit. Le site peut être également réservé pour des séminaires d’entreprise (voir le site officiel du site). Plus …